VOUS RECHERCHEZ ?

Ils nous font confiance


Nos coups de cœur

Quartier : RER Villeneuve St Georges

VILLENEUVE ST GEORGES (94190)


Surface totale : 70 m²
2 300 €/mois HT/HC


Restauration rapide possible



+
M°Rue des Boulets
LocationPure Commercial  PARIS 75011 1

Quartier : M°Rue des Boulets

PARIS 11e


Surface totale : 70 m²
2 780 €/mois HT/HC


Restauration rapide possible




+
M°Voltaire
LocationPure Commercial  PARIS 75011 1

Quartier : M°Voltaire

PARIS 11e


Surface totale : 62 m²
3 500 €/mois HT/HC



+
Gare de Palaiseau
LocationPure Commercial  PALAISEAU 91120 1

Quartier : Gare de Palaiseau

PALAISEAU (91120)


Surface totale : 25 m²
850 €/mois HT/HC


Restauration rapide possible





Vous recherchez ?

Trouvez le commerce qui convient à votre projet.

Bar, Brasserie...

Location sans droit d'entrée ni pas de porte

Investissement, patrimoine, exploitation...

Supermarché, salle de sport, centre médical...

Fonds de commerce, cession de bail...

Emplacement N°1, enseigne nationale...

Votre bail commercial arrive à son terme ? Attention, car ce contrat liant propriétaire et locataire ne prend pas automatiquement fin à échéance. Voici les options qui s’offrent aux deux parties.   Un bail commercial vous engage pour une durée minimale de 9 ans. Pour rappel, ce contrat de location, conclu entre un propriétaire et un locataire pour l’utilisation d’un local, permet d’exploiter un fonds commercial, artisanal ou industriel. Cependant, l’obligation de 9 ans minimum pèse seulement sur le bailleur. Le preneur peut en effet décider de quitter le local loué avant son terme, à chaque période triennale. Soit après 3, 6 ou 9 ans. C’est d’ailleurs pour cette raison que le bail commercial est aussi nommé bail 3-6-9. Le locataire peut résilier le contrat du bail en donnant congé au moins 6 mois à l’avance. Et ce, sans motif particulier. En cas de départ à la retraite, d’une invalidité ou d’un accord amiable des deux parties, le locataire a aussi la possibilité de donner congé à tout moment. Seul le préavis de 6 mois doit être respecté. Qu’en est-il en revanche à la fin de la période de 9 ans ? Le renouvellement du bail est-il obligatoire, automatique ?  

Bail commercial : que se passe-t-il à son terme ?

  Si aucune des deux parties ne se manifeste (bailleur ou preneur), le bail commercial se prolonge tacitement, pour une durée indéterminée. Il s’agit alors d’une tacite prolongation. Il n'y a ainsi pas de formation de nouveau contrat de bail commercial. Cela signifie qu’un contrat de bail ne prend pas automatiquement fin au terme du contrat. Les deux parties doivent alors continuer d'appliquer les dispositions prévues dans le contrat de bail (loyer, charges, travaux…) Quant au loyer, il reste inchangé durant la tacite reconduction. Seule une révision triennale du loyer peut être envisagée.  

Bail commercial : son renouvellement est-il obligatoire ?

  Si le bail commercial ne prend pas fin automatiquement et que le locataire bénéficie d’un droit de renouvellement, celui-ci n’est pas pour autant obligatoire. En effet, à la fin du bail, le propriétaire bailleur peut notifier un congé, avec ou sans offre de renouvellement. De son côté, le locataire peut aussi donner congé ou établir une demande de renouvellement du bail. Si l’une ou l’autre des parties décide de donner congé, celui doit être envoyé par acte de commissaire de justice (anciennement acte d'huissier de justice) au moins 6 mois à l'avance et pour le dernier jour du trimestre civil. À titre d’exemple, lorsque le bailleur envoie un congé le 2 avril 2021, il ne prendra effet que le 31 décembre suivant : délai de 6 mois du 2 avril au 2 octobre, augmenté du délai nécessaire pour parvenir à la fin du trimestre civil.  

Bail commercial : gare aux effets d’une prolongation tacite

  Prenez garde ! Lorsqu’un bail commercial est prolongé tacitement, le locataire n'est plus titulaire du droit au bail. Et ceci n’est pas sans conséquence, puisqu’il peut être empêché de vendre son fonds de commerce. Il est donc important que l'acquéreur du fonds négocie avec le propriétaire du local le renouvellement du bail ou la conclusion d'un nouveau bail. La durée du bail dépasse les 12 ans ? Le propriétaire a de ce fait la possibilité de déplafonner le loyer. Il sera ainsi fixé à la valeur locative. C’est la raison pour laquelle il est recommandé au locataire de se manifester avant que le bail n'atteigne 12 ans.    

Bail commercial : comment donner congé ?

  Comme indiqué, bailleur comme preneur peut décider de donner congé, au terme du contrat de bail.  

Bail commercial : le bailleur peut donner congé avec ou sans offre de renouvellement

  Pour rappel, le propriétaire bailleur a la possibilité de donner congé avec ou sans offre de renouvellement du bail :
  • Par acte de commissaire de justice (anciennement acte d'huissier de justice)
  • 6 mois à l'avance et pour le dernier jour du trimestre civil
Les motifs pour lesquels le congé est donné doivent être précisés. Le locataire doit aussi être informé qu’il a la possibilité de contester le congé ou de demander le règlement d’une indemnité d’éviction en saisissant le tribunal judiciaire, avant l'expiration d'un délai de 2 ans. Cette compensation financière sert à réparer le préjudice causé au locataire, par l'absence de renouvellement de son bail.  

Indemnité d’éviction : quelles modalités ?

  Afin de percevoir l’indemnité d’éviction, certaines conditions doivent être remplies par le locataire :
  • Il doit être immatriculé au RCS (Registre du commerce et des sociétés) ou au RNE (Registre national des entreprises)
  • Il doit exploiter le fonds de commerce
 

Bail commercial : quand le locataire doit-il quitter les lieux ?

  En cas de non-renouvellement du bail à la demande du propriétaire, le locataire peut rester dans les lieux en fonction des conditions du contrat de bail expiré. Et ce, jusqu'au paiement de l'indemnité d'éviction par le propriétaire. Puisque le bail est expiré, le locataire, encore des lieux, ne paie plus de loyer, mais une indemnité d'occupation. En revanche, dès lors que l'indemnité d'éviction est versée, le locataire a 3 mois pour quitter le local.  

Bail commercial : que signifie le droit de repentir du bailleur ?

  Lorsque le montant de l'indemnité d'éviction est fixé, le propriétaire bailleur profite d’un délai de 15 jours pour exercer son droit de repentir. Ce droit lui permet de revenir sur sa décision et d’offrir le renouvellement du bail à son locataire. Par ce biais, il échappe au versement de l'indemnité d'éviction. Le propriétaire peut également en être exempté dans les cas suivants :
  • S’il envisage de reconstruire, surélever ou restaurer l’immeuble
  • S’il veut habiter ou loger son conjoint, ses descendants, ses ascendants ou ceux de son conjoint. Attention, ils ne doivent ne pas avoir un logement lors de la reprise du local
  • Si le locataire n’a pas respecté ses engagements (non-paiement du loyer notamment)
Votre bail commercial n’est pas renouvelé et vous êtes à la recherche d’un nouveau local, d’un nouveau locataire ou souhaitez mettre vos biens commerciaux en gestion locative ? Commerce Immo peut vous soutenir dans votre projet. Contactez-nous pour plus d’informations.À l’échéance du contrat, le bail commercial ne prend pas fin automatiquement. Sans manifestation du bailleur ou du locataire, ledit contrat se prolonge tacitement, de manière indéterminée. Qu’en est-il néanmoins en cas de renouvellement ou de congé du bail ?   Le bail commercial de votre local arrive bientôt à son terme ? Avez-vous pensé à ce que vous souhaitez faire : le renouveler ou le résilier ? Rappelons en premier lieu que ce contrat est conclu pour une durée minimale de 9 ans. Nommé aussi bail 3-6-9, il peut toutefois être résilié à chaque fin de période triennale, soit tous les trois ans. Que vous soyez propriétaire ou locataire, voici un récapitulatif des informations à connaître à l’expiration d’un bail commercial.  

Bail commercial : attention, il ne cesse pas automatiquement

  Contrairement à d’autres baux, le bail commercial ne prend pas automatiquement fin à l’échéance du contrat. Si le locataire dispose d’un droit au renouvellement de bail conclu avec le propriétaire, ce dernier s’établit sous conditions. Ayant pour objectif de préserver l’activité du preneur, le régime des baux commerciaux lui offre une grande protection. Le preneur a donc la possibilité de demander le renouvellement du bail ou de donner congé. De son côté, le propriétaire bailleur peut notifier un congé avec ou sans offre de renouvellement. Dans le second cas, une indemnité d’éviction peut être allouée au locataire, pour compenser le préjudice subi. En revanche, si aucune des deux parties ne se manifeste, le bail se prolonge alors tacitement. Et ce, pour une durée indéterminée.  

Bail commercial : le point sur la tacite prolongation

  Comme indiqué, on parle de tacite prolongation, quand propriétaire et locataire ne se manifestent pas avant la fin du contrat de bail. Dans ce cas, aucun nouveau contrat de bail commercial n’est édité, et les parties continuent d'appliquer les dispositions énoncées lors de la signature du contrat. Preneur et bailleur honorent leurs obligations respectives. Cela signifie également que le montant du loyer reste inchangé, durant la tacite reconduction. Seule une révision triennale peut être envisagée.  

Comment mettre fin à la tacite prolongation ?

  Pour mettre un terme à la tacite prolongation, une demande de congé doit être envoyée par le propriétaire ou le locataire. Celle-ci s’effectue « par acte de commissaire de justice (anciennement acte d'huissier de justice) à tout moment, mais au moins six mois à l'avance et pour le dernier jour du trimestre civil », précise le Service public. Attention, car lors d'une prolongation tacite du bail, le locataire n'est plus titulaire du droit au bail. La vente de son fonds de commerce peut ainsi être compromise. La négociation avec le propriétaire d’un renouvellement du bail commercial ou la conclusion d’un nouveau bail est donc recommandée. Il est aussi important de préciser que lorsque la durée du bail dépasse douze ans, le bailleur a le droit de déplafonner le loyer et de fixer un nouveau montant en fonction de la valeur locative du bien. Elle dépend de 5 points :
  • Des caractéristiques du local considéré
  • De la destination des lieux
  • Des obligations respectives du bailleur et du preneur
  • Des facteurs locaux de commercialité et des prix du marché dans le quartier
Le locataire a ainsi tout intérêt de se manifester avant le 12e anniversaire du bail commercial.  

Renouvellement du bail commercial : quelles conditions ?

  Dès lors que bailleur et preneur s’entendent pour renouveler le bail commercial, un nouveau contrat est rédigé. Les éventuelles modifications et nouvelles conditions apportées prennent effet à l’expiration du précédent bail.  

Renouvellement du bail commercial : comment le locataire peut-il en bénéficier ?

  Comme notifié en amont, le preneur jouit d’un droit au renouvellement de bail à la fin de la durée de son contrat. Il doit néanmoins honorer les obligations suivantes :
  • Être propriétaire du fonds de commerce
  • Être immatriculé au registre du commerce et des sociétés (RCS) s’il est commerçant ou au registre national des entreprises (RNE) s’il est artisan
  • Exploiter le fonds de commerce de manière effective dans les locaux durant les 3 années ayant précédé la date d'expiration du bail ou de sa reconduction
C’est pour cela qu’en cas de cession de droit au bail inférieure à trois ans, le cessionnaire doit impérativement négocier avec le bailleur, afin d’éviter un défaut d’exploitation. De cette façon, le droit au renouvellement ne pourra pas lui être refusé. La demande doit être adressée par le locataire au propriétaire des locaux dans les six mois qui précèdent l'expiration du bail. Elle peut être envoyée de deux manières différentes :
  • Par lettre recommandée avec AR
  • Par acte de commissaire de justice (anciennement acte d'huissier de justice)
Elle doit également contenir la mention notée à l'alinéa 4 de l'article L. 145-10 du code de commerce : « Dans les 3 mois de la notification de la demande en renouvellement, le bailleur doit, par acte d'huissier, faire connaître au demandeur s'il refuse le renouvellement en précisant les motifs de ce refus. À défaut d'avoir fait connaître ses intentions dans ce délai, le bailleur est réputé avoir accepté le principe du renouvellement du bail précédent. » Qu’en est-il de la demande de renouvellement du bail commercial par le bailleur ?  

Renouvellement du bail commercial par le bailleur

  De son côté, le bailleur peut aussi donner congé avec (ou sans) offre de renouvellement du bail commercial. Cette initiative est généralement engagée avec un objectif précis : l’augmentation du loyer. Le nouveau montant proposé doit être indiqué. Le congé doit être donné avec les motifs :
  • Par acte de commissaire de justice (anciennement acte d'huissier de justice)
  • Six mois à l'avance et pour le dernier jour du trimestre civil
Le locataire a dès lors 3 choix :
  • Accepter le renouvellement et le nouveau loyer : il doit pour cela donner son accord par lettre RAR, par acte de commissaire de justice (anciennement d'huissier de justice) ou encore de manière tacite, en payant spontanément l'augmentation du loyer.
  • Accepter le renouvellement, mais refuser le nouveau loyer : ici, un accord amiable du nouveau montant du loyer doit être trouvé entre les deux parties. La commission départementale de conciliation (ou le tribunal judiciaire si aucune conciliation n'est possible) peut être saisi pour trancher.
  • Refuser l'offre de renouvellement : cette décision entraîne la dissolution du bail commercial, sans possibilité pour le locataire d’obtenir une indemnité d'éviction.
Vous êtes à la recherche d’un nouveau local commercial ou souhaitez avoir davantage d’informations ? Offre, estimation, proposition de bien, investissement… L’équipe de Commerce Immo se tient à votre écoute.


Nos clients témoignent

Un grand merci à l'agence Commerce Immo, qui a su négocier au mieux la reprise du droit au bail de notre agence Empruntis Paris 13. Je recommande vivement ce partenaire spécialisé dans l'immobilier commercial et d'entreprise.

Edouard GROSSIER, directeur Empruntis l'Agence Paris 13

Pour une enseigne nationale il est important d'avoir à ses côtés des professionnels qui nous accompagne dans notre développement c'est pour cela que travailler avec Commerce Immo fut logique pour nous.

Alexandre Crevon, responsable du développement franchise Pizza Time

Les experts de Commerce Immo ont géré de manière vraiment PRO cette transaction qui a pu se conclure très rapidement, grâce un dossier de présentation complet et clair, visite et signature chez le notaire dans la même journée, chapeau !

Jean-Michel Presotto, Président du groupe

Je recommande l'agence Commerce Immo pour leur implication et persévérance dans nos recherches de locaux tout au long de l'année.

Viriginie Eustache, responsable du développement de l'enseigne

Nous travaillons en étroite collaboration avec l'agence Commerce Immo pour leurs connaissances précises du marché, et des exigences liées à notre secteur d’activité.

Rachid Ez-zaïdi, Co-fondateur

Dernières transactions réalisées

Ils ont réalisés leurs projets, découvrez les dernières transactions.

Location Pure

142 boulevard de la Villette – Paris 19ème
Nous installons une superette sur une surface de 72 m² à proximité du Métro Colonel Fabien

Location Pure

14 rue Chevreul – Choisy-le-Roi
Nous installons une auto-école à proximité du Pont de Choisy-le-Roi

Location

131 avenue Aristide Briand – Cachan
Nous installons un restaurant de spécialité Street-Food Thaïlandaise au pied de la Gare de Cachan

Toutes nos transactions...

Derniers biens arrivés

JOINVILLE LE PONT (94340)


Surface totale : 65 m²
1 925 €/mois HT/HC
Prix net vendeur : 55 000 €



Quartier : M° Ecole Vétérinaire de Maisons-Alfort

MAISONS ALFORT (94700)


Surface totale : 60 m²
2 000 €/mois HT/HC
Prix net vendeur : 60 000 €


Conduit de cheminée - Restauration rapide possible


Quartier : GARE RER A Joinville-le-Pont

JOINVILLE LE PONT (94340)


Surface totale : 85 m²
3 500 €/mois HT/HC
Prix net vendeur : 30 000 €


Conduit de cheminée - Restauration rapide possible

Tous nos produits...

Nos conseils en immobilier commercial

Premier local commercial : ces étapes à suivre

Vous lancez votre activité et vous apprêtez à louer ou acheter votre premier local commercial ? Pour maximiser vos chances de succès, place à la stratégie, la planification et l’exécution méthodique.     Après mûres réflexions, c’est décidé, vous voulez ouvrir votre premier commerce et êtes prêt à relever les défis. Avez-vous pour autant pris le […]

Lire la suite ...

Durée du bail commercial : faut-il miser sur la flexibilité ou la sécurité ?

Gestion financière, stabilité opérationnelle, adaptabilité aux fluctuations du marché… Choisir la durée d'un bail commercial est une étape déterminante pour toute entreprise. Si certains misent sur la sécurité, d’autres préfèrent opter pour la flexibilité d’un contrat. Pour vous aider à prendre la meilleure décision en fonction de vos besoins et de votre situation, faisons le […]

Lire la suite ...

Local commercial : centre-ville ou périphérie, quel est le meilleur emplacement pour vous ?

On ne cesse de le répéter, le choix de l’emplacement est crucial pour le succès d’une boutique, un restaurant ou un bureau. Faut-il opter pour un local commercial en centre-ville ou en périphérie ? Pour y répondre, différents facteurs doivent être étudiés. Détails.   L’emplacement de votre futur commerce est essentiel. De cette étape clé, dépend […]

Lire la suite ...

Tous nos conseils...